Deux problèmes fréquents

Feedback | Interférence acoustique

Accrochage acoustique (Larsen)
Il s’agit d’un renforcement acoustique, lorsqu’un haut-parleur reprend et amplifie le son d’un microphone, pour être ensuite repris et amplifié de nouveau. Le système finit par émettre un sifflement très fort jusqu’à ce qu’on baisse le volume. L’accrochage se produit lorsque le son du haut-parleur arrive au microphone avec la même intensité que s’il provenait de la source d’origine ( chanteur, conférencier, etc.).

Pour atténuer ce phénomène un choix de micro adéquat s’impose. On préférera un microphone sans réponse de crête, car l’accrochage a tendance à se produire lors des crêtes. Dans la majorité des cas un bon microphone omnidirectionnel convient, mais un modèle cardioïde est à envisager s’il existe un grand risque d’accrochage. Lorsque le son du haut-parleur provient essentiellement d’une seule direction (au lieu d’être réfléchi par les murs et les plafonds), on peut orienter le point minimal d’un micro cardioïde ou tout de tout autre modèle directionnel pour éviter le signal provenant du haut-parleur.

La distance joue également. En éloignant le microphone et le haut-parleur on arrive souvent à atténuer l’accrochage acoustique. En rapprochant le microphone de la source sonore, on obtient le même effet. Il faut toujours placer le microphone derrière les hauts parleurs.

FIGURE 11 : Microphones installés à des distances différentes
Interférence acoustique

Interférence acoustique avec plusieurs microphones
Ce phénomène se produit lorsque plusieurs microphones côte à côte captent le même son en des temps différents. Par exemple, lorsque deux microphones se trouvent sur un même lutrin (voir figure 11). En raison de la distance entre ces deux micros, le son émis par l’orateur risque fort de ne pas leur parvenir au même moment. Les courbes de la figure 12 illustrent les interférences nuisibles entre les ondes de sortie des microphones lorsqu’elles se combinent. Ces altérations de la réponse provoquent non seulement un audio de qualité médiocre mais aussi un accrochage accoustique.

FIGURE 12 : Courbes de réponse de plusieurs microphones
L’utilisation d’un seul microphone constitue la solution dans cet exemple précis. Non seulement la qualité du son en sera grandement améliorée, mais le budget de la prise du son du lutrin se verra réduit de moitié! Pour des raisons de sécurité ou de « redondance », par exemple lors d’une conférence de presse, on se sert parfois d’un second microphone. Il faut placer ces deux micros face à l’orateur, aussi près que possible, mais n’en ouvrir qu’un seul.

FIGURE 13 : Installation de plusieurs micros sur un podium
La figure 13 illustre une autre approche pour l’installation de deux microphones sur un podium. Les deux microphones sont installés de façon à rapprocher leurs capsules au maximum tout en les orientant à angle droit. On augmente ainsi l’angle d’admission, en obtenant une prise de son stéréo avec une excellente compatibilité mono, tout en évitant en grande partie l’interférence acoustique.

FIGURE 14 : La règle du rapport 3 fois X
Lors de l’installation de deux microphones, il convient de suivre la règle empirique du rapport 3 fois X pour calculer leur espacement, telle qu’illustrée à la figure 14. Sur le croquis, le microphone no 1 se trouve à environ 30 cm de la source sonore. Le microphone le plus proche, le numéro 2, doit être installé à au moins un mètre du premier. Si la distance entre la source sonore et ce premier microphone passe à 60 cm, afin de maintenir le rapport 3 fois X, il faut distancier les deux micros d’au moins deux mètres.

FIGURE 15 : Effets de l’écho
Interférence acoustique avec un seul microphone
Ce phénomène peut également se produire dans le cas de prise de son avec un unique microphone. Dans un tel cas, la réverbération du son sur une surface proche entre dans le microphone légèrement après le son direct. La combinaison de ces deux signaux donne des résultats similaires à ceux d’une mauvaise installation avec plusieurs microphones. Cet écho est d’autant plus perceptible que le son incident parvient à un niveau de pression acoustique situé dans une marge de 9 dB du son direct.

Il existe plusieurs façons de remédier à ce problème. Tout d’abord, essayez de rapprocher le microphone de la source sonore. Ensuite, éloignez le microphone de la surface réfléchissante. Enfin, choisissez un microphone spécialement conçu pour être placé à proximité d’une surface réfléchissante (figure 15). Les microphones directionnels de surface ou montés sur plaque d’Audio-Technica permettent une installation discrète, et leur capsule se trouve si près de la surface qu’ils captent simultanément le son direct et réfléchi combinant ainsi les signaux au lieu de les annuler. Cette technique sert souvent pour les installations sur une avant-scène, une table de conférence ou l’autel d’une église.

Aller à la prochaine rubrique (Accessoires pratiques)
Retour à la table des matières