Résolution des problèmes de brouillage

Le brouillage représente une source d’ennui et de frustration, spécialement s’il s’agit d’un problème intermittent ou si l’on croit avoir réglé le problème pour le voir réapparaître à nouveau. Les efforts pour le corriger se heurtent souvent à la multiplicité des types de brouillages, chacun nécessitant une approche et une solution différentes. Il arrive, rarement, qu’une solution simple fonctionne. À moins que le problème ne soit très facile, une approche réellement efficace consiste à rechercher méthodiquement la cause d’un brouillage spécifique et à y apporter le correctif approprié. Cette rubrique aborde les questions concernant la prévention des problèmes élémentaires, Doit-on incriminer le système sans fil?, et l’identification du type de brouillage.

Prévention des problèmes élémentaires
Il arrive que le brouillage soit imputable à des raisons extrêmement simples. Pour éviter de perdre du temps à le corriger, vérifiez les éléments suivants avant de procéder :

  • Assurez-vous qu’aucun émetteur radio, y compris celui du système ou ceux d’autres systèmes sans fil, ne se trouve à moins d’une distance d’approximativement 3 à 4,5 m (10 à 15 pi) des antennes réceptrices sans fil. Sinon, cela risque de surcharger les récepteurs et d’augmenter les risques de brouillage.

  • Vérifiez que les antennes réceptrices ne se touchent pas lors de l’installation des récepteurs. Évitez particulièrement que les antennes d’un récepteur se touchent ou qu’elles se rapprochent de celles d’un autre récepteur. Maintenez une distance de 25 cm (10 po) entre les antennes de deux récepteurs.

  • Vérifiez que tous les émetteurs ont des piles neuves. La faible tension de sortie des piles usées risque de provoquer un brouillage préjudiciable au niveau des émetteurs. Si vous avez le moindre doute, installez de nouvelles piles alcalines dans tous les récepteurs sans fil.

  • En cas d’utilisation combinée de deux systèmes d’émetteurs (à main et de poche) ou de deux systèmes sans fil sur la même fréquence, veillez à ce qu’il soit impossible d’allumer ces deux émetteurs en même temps.

  • Vérifiez l’interrupteur de réglage du silencieux du récepteur. Un silencieux (squelch) réglé à un niveau élevé assure une meilleure protection contre le brouillage. Néanmoins, ce réglage élevé provoque parfois une réduction de la portée de fonctionnement, il faut donc le mettre à la position la plus basse bloquant efficacement le brouillage.

Doit-on incriminer le sans fil?
Le brouillage ou l’équipement sans fil lui-même ne constituent pas les uniques causes des bruits d’un système audio. L’équipement sans fil ayant la réputation de souffrir de ce genre de problèmes, on le blâme souvent en présence de parasites. Mais il arrive que le véritable problème se trouve ailleurs. Certaines stations de radio AM introduisent des parasites dans un système audio par l’intermédiaire des entrées des circuits du mélangeur et des amplificateurs Comme le brouillage vient manifestement d’une station de radio, on aura souvent tendance à incriminer le système sans fil. En trouvant la source réelle du problème, on évitera ses efforts infructueux pour corriger en vain un défaut inexistant du système sans fil.

La première étape consiste à reconnaître le type de brouillage qui pénètre dans le système audio. Essayez les interventions suivantes :

  • Assurez-vous qu’il s’agit bien d’un défaut du système sans fil. Essayez de fermer momentanément les récepteurs et de débrancher les câbles audio. Si le problème persiste une fois les récepteurs fermés et les câbles débranchés, le problème se situe ailleurs dans le système, mais pas dans le sans fil.

  • Fermez tous les émetteurs sans fil et assurez-vous que les indicateurs de signal du récepteur s’éteignent. Écoutez le système audio pour voir si le problème persiste. Si tel est le cas, il ne s’agit pas d’un brouillage radio, mais plutôt d’un certain type de brouillage non attribuable aux systèmes sans fil [1]. Si les indicateurs de signal ne s’éteignent pas, il peut s’agir de problèmes de silencieux [2].

Si le brouillage n’existe que lorsque l’indicateur du récepteur RF est allumé, que vous avez éliminé la possibilité d’un bruit pénétrant dans le système audio, le système sans fil est probablement sujet à un certain type de brouillage externe.

Identification du type de brouillage
L’étape suivante consiste à déceler le type de brouillage en cause. Il existe plusieurs types de brouillage, chacun d’eux ayant une cause et une solution différentes. Malheureusement, les interventions pour corriger le problème ont souvent des répercussions même lorsqu’elles ne s’adressent pas directement à la source de ce dernier. En gaspillant son temps et ses efforts en vain, on augmente considérablement le niveau de frustration. Néanmoins, si l’on a pu reconnaître le type de brouillage, les efforts pour y remédier seront couronnés de succès.

Pour identifier le type de brouillage en présence, il faut observer les indications du récepteur et écouter soigneusement l’audio. Pour ce faire, on se munira d’un excellent casque d’écoute afin d’isoler et d’analyser le brouillage. Avec ce casque, il est plus facile d’écouter un seul canal à la fois, même si le système sans fil fonctionne. Malheureusement, seuls quelques problèmes de brouillage peuvent être identifiés live, lorsque l’ensemble de l’équipement est utilisé.

Parmi les descriptions ci-dessous, essayez de trouver celle qui correspond aux symptômes que vous avez notés. Cliquez ensuite sur les liens pour trouver des conseils destinés à résoudre ce problème particulier.


  • Si le brouillage survient uniquement lorsque l’émetteur du système est fermé, vérifiez tout d’abord que le réglage du silencieux se trouve en position médiane ou élevée (voir problèmes de silencieux [2]). Si tel est le cas, il peut s’agir d’un problème de brouillage de faible intensité [3].

  • Si vous constatez un brouillage lorsque l’émetteur est fermé, et des bruits ou distorsions au niveau du récepteur lorsque l’émetteur est ouvert, essayez de fermer tous les autres émetteurs sans fil. Si le problème persiste, il peut s’agir d’un fort brouillage ou d’une interférence directe de la radio. Le brouillage direct [4] est un problème majeur qui doit être corrigé pour utiliser pleinement le système sans fil.

  • S’il existe un brouillage lorsque l’émetteur système est allumé, mais que ce dernier disparaît dès que l’on éteint les autres émetteurs sans fil, il peut s’agir d’un problème d'interférence d’intermodulation [5].

  • Si le brouillage apparaît sous forme de tonalités graves, râlements, bourdonnements dont la tonie change rapidement, ou encore de voix ou de musiques (avec ou sans distorsion), cela est probablement dû à une interference d’intermodulation [5], à un brouillage non attribuable aux systèmes sans fil [1] ou à un brouillage direct [4].

  • I Si le brouillage est présent lorsque l’émetteur est allumé et qu’il s’agit de bourdonnements ou de râlements rauques avec une cadence ou un rythme particulier et variant de temps en temps, le brouillage numérique [6] pourrait bien être la clé du problème. Les ordinateurs, les lignes à retard digitales, les processeurs, les contrôles d’éclairage et tous les autres équipements qui comprennent des microprocesseurs et des processeurs de signal numérique (DSP) constituent des sources potentielles de brouillage.

  • Si, l’émetteur du système fermé, il n’existe aucun brouillage et que des plosives, craquements et bourdonnements apparaissent lorsqu’on allume ce dernier, il s’agit peut-être d’un problème d’interférence électrique. Ce type d’interférence se doit souvent aux moteurs électriques, néons, équipements d’éclairage, appareils électroménagers et autres types d’équipements électriques. Ces interférences électriques [7] auront tendance à influencer l’ensemble des systèmes sans fil dans un même endroit plutôt qu’un seul d’entre eux.

  • Le brouillage provenant des stations de télévision se reconnaît à un type de bourdonnement caractéristique. Si le bourdonnement change radicalement à des intervalles plus ou moins irréguliers et ne semble pas provoqué par un équipement électrique, le problème provient peut-être de Brouillage de la télévision [8].

  • Le brouillage qui prend la forme de crachotements statiques ou de petites explosions sonores provient généralement d’un éclair, un arc électrique ou une machine électrique défectueuse. Comme ce type de brouillage aléatoire [9] se rencontre rarement, il est particulièrement difficile à résoudre.


Si aucune de ces descriptions ne semble correspondre à votre problème, que ces renseignements ne semblent pas clairs, consultez la rubrique Types de brouillage. Votre détaillant devrait également être en mesure de vous aider grâce à sa connaissance des caractéristiques locales plus spécifiques. S’il ne peut vous apporter aucune aide, et que vous possédez un équipement sans fil A-T rejoignez directement Audio-Technica.

Brouillage non attribuable aux systèmes sans fil [1]
Les systèmes audio risquent de se voir influencés par les stations de radio AM, les émetteurs de télévision, les radars et toute une série d’équipements électriques. Les parasites pénètrent habituellement dans les systèmes audio par l’intermédiaire des câbles du mélangeur (console) ou des amplificateurs de puissance, ou encore par les lignes d’alimentation CA. Les chaînes de radio AM causent fréquemment des problèmes, mais uniquement dans les cas où la station, de forte puissance, se trouve à proximité. Même dans les cas des stations de 50 000 W, les problèmes se font rares si la station se trouve à plus de deux ou trois kilomètres. Les puissants émetteurs de télévision sont également susceptibles de causer des ennuis jusqu’à une distance de trois kilomètres ou plus. Les stations de télévision UHF ont souvent une puissance énorme (500 000 W ou même plus) et risquent de provoquer un brouillage dans un rayon de six à huit kilomètres (5 miles).

Le brouillage imputable aux stations de radio AM se manifeste habituellement par la présence de distorsions dans la voix ou dans la musique. Le brouillage dû aux stations de télévision se reconnaît par un bourdonnement variant en intensité de temps à autre. Le brouillage AM se repère plus facilement, grâce à la syntonisation d’une station de radio particulière dans la gamme des stations locales. Le brouillage de la télévision se décèle en écoutant les chaînes locales et en recherchant les modifications sonores qui coïncident avec les changements de plans. Il importe de se souvenir que le problème concerne l’équipement audio, il est fort peu probable qu’il faille incriminer les stations de radio ou de télévision.

Les systèmes de radars, incluant les radars des aéroports, les radars militaires ou météorologiques, perturbent souvent le fonctionnement des systèmes audio. Les brouillages dus aux radars se manifestent souvent sous la forme de bourdonnements aigus et d’éclatements se répétant à quelques secondes d’intervalle. La plupart des radars puissants font plusieurs tours par minute et risquent de créer un brouillage au moment où ils sont dirigés dans la direction du système audio. Comme dans le cas des stations de radio AM ou de télévision, le brouillage dû aux radars se limite habituellement à un périmètre oscillant entre 1,5 et 5 kilomètres (3 miles).

Ce type de brouillage risque parfois d’être difficile à éliminer. L’amélioration de la mise à la masse de l’équipement règle parfois le problème, spécialement lorsque la prise à la masse se situe sur un panneau électrique relativement éloigné. Le blindage ou le filtrage des câbles au point d’entrée des équipements, spécialement ceux des mélangeurs et amplificateurs de puissance, améliore souvent les choses. L’enroulement des câbles audio et l’ajout de filtres de ferrite aux connecteurs contribuent également au bon fonctionnement du système. Certains équipements ne disposent pas d’un filtrage adéquat au niveau des circuits d’entrée. Le fabricant de l’équipement constitue en général la meilleure source d’information et la plupart sont en mesure d’offrir de l’aide.

Le brouillage pénètre aussi souvent dans les systèmes audio par l’intermédiaire des alimentations CA. C’est parfois le cas pour le brouillage attribuable à la diffusion ou aux émetteurs radars. L’interférence électrique de la machinerie lourde, des appareils d’éclairage ou autres équipements voyage très bien le long des lignes électriques. C’est particulièrement plausible dans les zones industrielles où fonctionnent les soudeurs à arc, les gros moteurs, les contrôleurs électriques puissants et autres équipements similaires. Ce type de brouillage adopte diverses formes, mais les bourdonnements à la fréquence de la ligne d’alimentation, les harmoniques et les pétarades ou autres grincements de statique sont les plus répandus.

La capacité à éliminer le brouillage des équipements audio diffère grandement selon les fabricants, et même selon les modèles d'une même marque. La solution la plus simple et la plus rapide consiste parfois à changer un seul élément d'un équipement pour un autre plus robuste. Au moment de l'achat des équipements, on fera bien d’envisager la possibilité de brouillage si le système audio doit être utilisé à proximité d’émetteurs de haute puissance ou d'un équipement électrique lourd. Une entente permettant d’effectuer un échange d'équipement advenant un problème évitera des solutions plus longues et plus coûteuses.

Problèmes de silencieux [2]
Si l'indicateur RF du récepteur ne s’étend pas lorsqu’on éteint l’émetteur système, on doit envisager une possibilité de brouillage de faible niveau. Afin de rechercher la source de ce brouillage, commencez par noter la position du réglage du silencieux sur le récepteur, pour le mettre ensuite à la position maximale (dans le sens des aiguilles d'une montre). Si le signal de l'indicateur ne retourne pas à 0 lorsque le réglage du silencieux est au maximum, il existe très probablement un brouillage important.

Si le signal ne retourne pas à 0 lorsque le réglage du silencieux est au maximum et que le brouillage demeure présent, on ne doit pas incriminer d’abord le système sans fil. Ce qui n’exclut toutefois pas l’existence d’un brouillage de faible intensité, de moindre importance, au niveau de ce système. Après avoir complété ce test, n'oubliez pas de régler le silencieux à sa position originale, autrement la portée du système risque d'être considérablement réduite.

Le brouillage non attribuable aux systèmes sans fil [1] s’entend généralement toujours lorsque le réglage du silencieux du récepteur est à la position la plus basse. Le brouillage de faible intensité [3] est relativement courant lorsque l'on utilise des microphones sans fil, mais il ne s'agit pas pour autant d’un problème grave.

Brouillage de faible intensité [3]
La plupart des fréquences radio servent à de nombreux utilisateurs. Bien des équipements électroniques, incluant les télévisions, les magnétoscopes, les radios, les ordinateurs et périphériques, ainsi que les dispositifs de traitement des signaux et équipements de communication, risquent également générer une radiofréquence de faible intensité. En conséquence, de faibles signaux radio transitent presque toujours sur les fréquences utilisées par les systèmes sans fil.

La plupart du temps, ces signaux sont trop faibles pour perturber le fonctionnement du système, surtout lorsque l’émetteur est allumé. Néanmoins, si l’on ferme l’émetteur, il reste parfois suffisamment de signaux pour activer les circuits du silencieux du récepteur. Si tel est le cas, des signaux parasites risquent de transiter par le récepteur, la plupart du temps sous forme de friture ou de bruits intenses. À moins que ce signal brouilleur ne soit très intense, il ne gênera pratiquement pas la qualité audio une fois l’émetteur en marche.

Il importe de souligner que le récepteur remplit plus ou moins sa fonction : recevoir un signal radio sur une fréquence spécifique. Une fois l’émetteur éteint, le signal en question n’est plus désirable et passe par conséquent pour un brouillage. Il existe au moins trois solutions possibles face à un tel problème : régler le silencieux de façon à ne plus recevoir ce signal de faible intensité, utiliser un système sans fil doté d’un circuit conçu pour réduire la présence de bruits indésirables, ou trouver un mode de fonctionnement court-circuitant le problème.

La plupart des récepteurs sans fil d’Audio-Technica autorisent le réglage du silencieux. En tournant l’interrupteur dans le sens des aiguilles d’une montre, on augmente l’intensité des signaux nécessaires pour ouvrir les circuits du silencieux et donc pour laisser entrer le signal audio. On parvient généralement à trouver un réglage adéquat, où les signaux brouilleurs n’ouvrent plus les circuits du silencieux, faisant dès lors cesser le brouillage. Malheureusement, le réglage du silencieux limite également la portée maximale du système. En « resserrant » ce réglage, on élimine les signaux les plus faibles, y compris ceux de l’émetteur. Pour éviter de réduire la portée, n’augmentez pas le réglage plus qu’il ne faut pour éliminer le brouillage.

Certains systèmes sans fil comprennent également un circuit spécial pour réduire les possibilités que le silencieux du récepteur laisse passer des signaux indésirables. Ce circuit n’est pas à toute épreuve, mais réduit grandement l’entrée de bruits indésirables, une fois l’émetteur éteint. Néanmoins, un tel circuit n’arrive pas à éliminer les effets du brouillage lorsqu’on allume l’émetteur, et les bruits ou distorsions continueront éventuellement de réduire la qualité sonore.

Pour éliminer les effets d’un brouillage de faible intensité, on peut également se contenter de mettre la sourdine sur le récepteur lorsque l’émetteur est éteint. On parvient également à éliminer pratiquement tout le brouillage de faible intensité en allumant d’abord l’émetteur, en obtenant le son par l’activation du système, puis en mettant la sourdine pour finalement éteindre l’émetteur. Quoi qu’il en soit, on fait toujours bien de mettre en sourdine un système sans fil inutilisé, car il existe toujours un faible risque de brouillage, d’un type ou d’un autre.

Brouillage direct [4]
Ce type de brouillage survient lors de la présence d’un signal radio très intense sur la fréquence utilisée par le système sans fil. Selon l’intensité du signal brouilleur, les effets vont des sifflements et ronflements légers aux tonalités intenses ou aux bruits si forts qu’ils empêchent le système de fonctionner. Le brouillage direct perturbe également le système par des bruits excessifs, une distorsion, des variations de niveau imprévues et des modifications de la qualité et du caractère du son.

Dans un système sans fil, il existe plusieurs sources potentielles de brouillage direct : les autres systèmes sans fil, les émetteurs de télévision, les émetteurs de communication, les sorties parasites des équipements de communication, les ordinateurs, les dispositifs numériques et l’équipement industriel. La transmission en provenance de ces sources est soit intentionnelle, c’est-à-dire un signal vers un autre type de récepteur, soit complètement accidentelle. Quoiqu’il en soit, la présence de cet autre signal radio perturbe le fonctionnement du système sans fil.

La forte puissance des émetteurs de télévision peut se faire sentir sur les systèmes sans fil dans un rayon de plus de 160 km (100 miles). En cas de brouillage, on commence tout d’abord par vérifier si la fréquence sans fil provient d’une chaîne de télévision utilisée dans la zone. Toute fréquence sans fil à l’intérieur d’une bande de fréquence télévisuelle locale de 6 MHz risque de subir un brouillage majeur.

Curieusement, le brouillage se doit souvent à un autre émetteur sans fil dans le même lieu. Il peut s’agir d’un autre émetteur « combiné », comprenant un émetteur à main et un autre de poche, ou de l’émetteur d’un autre système sans fil. On ignore parfois jusqu’à l’existence de cet autre système, s’il se trouve dans une autre pièce ou un autre bâtiment. Lorsque les visiteurs apportent leur propre équipement, il s’avère souvent difficile de retracer l’ensemble des systèmes sans fil.

Ils peuvent d’ailleurs se trouver à une grande distance. Le brouillage provient parfois de sources situées à 900 m (3 000 pi) ou même plus, selon certaines conditions. En cas de brouillage, on doit soigneusement vérifier tous les systèmes d’un lieu pour voir s’ils utilisent une fréquence commune. On fera bien de vérifier, autant que faire se peut, tous les systèmes se trouvant à proximité. Le système brouilleur risque de se trouver dans un autre coin du bâtiment ou dans un édifice voisin, parfois à plusieurs coins de rue.

On doit également vérifier les autres émetteurs sans fil fonctionnant sur une fréquence voisine de celle du système concerné. Par mesure de prudence, on doit distancier toutes ces fréquences d’au moins 1 MHz. Selon le type d’équipement, l’utilisation de fréquences rapprochées peut s’avérer prudente. Le mieux est de faire des essais en éteignant les autres émetteurs pour savoir quand le brouillage disparaît. Si tel est le cas, les fréquences sont trop rapprochées. N’oubliez pas que l’espacement requis entre les fréquences augmente lorsque l’émetteur, source du brouillage, se rapproche des antennes réceptrices.

D’autres types d’émetteurs causent parfois un brouillage. Une précaution simple consiste à s’assurer que les fréquences n’équivalent pas au double de celles des stations de radio FM locales. Les émetteurs FM génèrent souvent une faible quantité d’harmoniques qui influencent négativement les récepteurs sans fil. Les émetteurs-récepteurs de radio avoisinants risquent également de perturber les systèmes sans fil. Les sorties parasites de certains types d’émetteurs et systèmes de communication peuvent également avoisiner les fréquences des microphones.

La télévision par câble utilise souvent la presque totalité des canaux de télévision. Si l’on se trouve à proximité d’un tel système, il existe une possibilité de fuites d’ondes radio à partir d’une chaîne de télévision que l’on croit inutilisée. De la même façon, les téléviseurs, magnétoscopes, antennes paraboliques et équipements vidéo risquent de causer un brouillage. Les téléphones sans fil et autres dispositifs de même type constituent eux aussi une source de brouillage. La plupart des appareils électroniques produisant des ondes radio ou fonctionnant sur ces ondes risquent de créer des interférences, particulièrement s’ils se trouvent à proximité des antennes réceptrices.

Les ordinateurs et autres dispositifs numériques provoquent parfois un brouillage direct. La plupart de ces appareils émettent au minimum une faible quantité d’énergie radio, souvent suffisante pour perturber la réception sans fil.

De toute évidence, il s’avère impossible de répertorier toutes les fréquences en présence dans un lieu précis. Partant de cela, la meilleure approche consiste à éliminer les sources de brouillage les plus évidentes, systématiquement, une par une. On recommande donc l’approche suivante :


  • Assurez-vous qu’il s’agit vraiment d’un brouillage direct. Si tel est le cas, le brouillage est pratiquement permanent (sous une forme ou une autre), que l’émetteur soit allumé ou éteint.

  • Assurez-vous que deux émetteurs utilisant la même fréquence ne sont pas allumés simultanément.

  • Veillez à ce que la fréquence du sans fil ne coïncide pas avec une chaîne de télévision locale en activité.

  • Vérifiez les systèmes sans fil utilisant une fréquence située à plus ou moins 1 MHz du système touché par le brouillage.

  • Éliminez les autres sources externes évidentes : harmoniques d’un émetteur de radio FM, télévision par câble et tout autre type d’émetteur radio.


Ceci fait, essayez d’éliminer toutes les autres sources de brouillage l’une après l’autre. Si possible, vérifiez le brouillage en mettant l’équipement sous tension. Accordez une attention toute spéciale aux équipements de télévision et de communication, y compris les câbles, ainsi qu’aux téléphones sans fil et émetteurs-récepteurs radio. Examinez soigneusement les ordinateurs, imprimantes, processeurs d’effets et tout autre dispositif numérique. Observez les activités dans la zone pour voir si les changements dans le brouillage coïncident avec certains événements ou mouvements particuliers.

Il est parfois extrêmement difficile d’en trouver la cause. Dans d’autres circonstances, même si l’on identifie la source, on ne peut pas pour autant régler le problème. En conséquence, il sera plus simple de changer la fréquence du sans fil.

Si l’on change cette dernière, les renseignements obtenus lors de la recherche de la source permettront de réduire considérablement l’éventualité d’un autre problème de ce type. Cela permet, entre autres, de sélectionner une nouvelle fréquence pour éviter les chaînes de télévision locales, les autres fréquences sans fil présentes dans la zone ou celles qui posent problème. Comme il s’agit là des sources de brouillage les plus probables, on réduit grandement les problèmes potentiels en les éliminant.

Interférence d’intermodulation [5]
Ce type d’interférence se doit à la combinaison de deux ou plusieurs signaux brouilleurs puissants dans le récepteur sans fil . À la différence du brouillage direct, ces signaux brouilleurs ne se trouvent pas forcément sur une fréquence proche de celle du sans fil. En cas d’intermodulation, les deux signaux se combinent dans le récepteur pour créer un signal interne proche de sa fréquence. Ce signal généré à l’interne brouille ensuite le fonctionnement normal du système.

L’intermodulation s’attribue en général aux signaux provenant d’autres systèmes sans fil sur place ou de chaînes de télévision. Le signal d’un émetteur sans fil se combine souvent avec un puissant signal de télévision pour brouiller la réception d’un autre système sans fil. Comme il s’agit d’un phénomène complexe, il ne suffit pas de vérifier une série de fréquences pour trouver celle qui crée l’intermodulation. En outre, la création d’une intermodulation majeure dépend grandement de la force de cette combinaison de signaux.

L’intermodulation produite dans un récepteur par ces signaux externes augmente rapidement à mesure que ces derniers se renforcent. Ce type de phénomène requiert également la présence de deux signaux brouilleurs. Dès lors, il suffit habituellement d’en éliminer un ou de réduire son intensité pour résoudre le problème. On recommande de laisser au moins 3 à 4,5 m (10 à 15 pi) entre les antennes réceptrices pour les deux raisons suivantes. Si l’on suspecte une interférence d’intermodulation, la première chose à faire consiste à éloigner les émetteurs des récepteurs.

Un test simple pour détecter l’interférence de modulation consiste à éteindre tous les émetteurs dans la zone, l’un après l’autre. Ce faisant, on règle complètement le problème en éteignant l’émetteur qui en est la source. Dans ce cas précis, l’intermodulation cause vraisemblablement le brouillage. Il faut également remarquer qu’il s’agit d’un phénomène à double sens; si un émetteur sans fil crée un brouillage avec un récepteur, il est probable que le second émetteur brouillera lui aussi la réception du récepteur en question. Alors, on est en mesure de conclure avec certitude que le brouillage est imputable à l’intermodulation.

Si cette dernière provient des signaux de télévision ou d’une autre source externe, il est pratiquement impossible de les déplacer. On peut parfois déplacer le récepteur sans fil, afin de réduire les effets de l’interférence de l’une des sources ou des deux. Cela ne règle que rarement la question, mais valide presque à coup sûr l’hypothèse de l’intermodulation.

La résolution nécessite souvent un changement de fréquence. Néanmoins, on peut parfois modifier le fonctionnement d’un système audio pour éviter la combinaison des émetteurs sans fil provoquant l’intermodulation, tout du moins si tous les émetteurs n’ont pas à être allumés en même temps. La plupart des types d’intermodulation impliquent trois fréquences : deux fréquences de transmission et une fréquence de réception. En changeant l’une des trois, on résout la question.

Brouillage numérique [6]
Il en existe deux types : l’un produit par les oscillateurs des ordinateurs, périphériques et autres dispositifs numériques et l’autre attribuable au traitement effectué par un dispositif numérique. Le premier type constitue une autre forme de brouillage direct provoqué par la fuite des signaux radio à la fréquence numérique ou à un multiple de cette fréquence. Ce brouillage prend généralement la forme d’une tonalité régulière, généralement faible, dans l’audio du récepteur.

L’autre type de brouillage numérique ressemble à bourdonnement ou un grincement ou une tonalité avec des modifications intermittentes du son. On note fréquemment la présence d’une cadence ou d’un rythme distinct. Dans certains cas, le brouillage numérique provoque un niveau élevé de bruit : sifflements et friture. On ne détecte pas forcément une tonalité spécifique.

Ce genre de brouillage se doit au fonctionnement d’un processeur interne (ou d’un processeur de signal numérique) dans l’appareil. Le brouillage ne correspond pas toujours à un multiple de la fréquence; il peut au contraire correspondre au taux de traitement des instructions. Le niveau et le caractère de ce type d’interférence varient grandement selon le type et la quantité du traitement, et l’interférence peut disparaître complètement lorsque le dispositif numérique ne procède à aucun traitement.

Le brouillage numérique se reconnaît la plupart du temps facilement. Il s’agit de signaux peu puissants et qui n’affectent que rarement les systèmes sans fil à des distances supérieures à 2 m (6 pi). Le son est assez unique, et donc aisément identifiable. Qui plus est, on peut généralement vérifier l’interférence d’un dispositif lors de l’entrée de nouvelles instructions, le lancement d’un nouveau programme, ou tout simplement en éteignant le dispositif quelques instants.

Le brouillage numérique se résout également assez facilement. Il suffit parfois d’éloigner de 20 cm (8 po) le dispositif numérique du récepteur sans fil et de ses antennes pour résoudre le problème. On aura également intérêt à séparer les câbles d’alimentation et d’interconnexion du dispositif de ceux du récepteur sans fil. Il arrive, mais rarement, que l’interférence remonte le long du cordon d’alimentation du récepteur et que l’on doive trouver un autre moyen d’alimenter l’une des deux unités ou encore qu’il faille installer un filtre sur la ligne en question.

Si ces mesures simples se révèlent inefficaces, le dispositif numérique est probablement défectueux. Les réglementations gouvernementales limitent strictement les émissions d’ondes radio produites par de tels équipements. Ce faisant, on ne peut expliquer une interférence grave que par une défectuosité importante. Dans un tel cas, on ne doit pas toujours résoudre la panne à sa source, il suffit parfois de changer la fréquence du système sans fil. Bien évidemment, en éloignant le récepteur de l’unité numérique de quelques mètres et en déplaçant les câbles, on a de bonnes chances de venir à bout des cas difficiles.

Interférence électrique [7]
Ce type d’interférence est provoqué par les appareils électriques, en particulier les néons, les variateurs d’intensité et contrôles d’éclairage, les moteurs électriques à balais, les régulateurs de vitesse et divers types d’équipements de haute tension. Dans la majorité des cas, des équipements défectueux, anciens, mal entretenus ou mal installés causent ce type d’interférence. À l’inverse, un équipement électrique en bon état crée rarement une interférence. Dans quelques cas, la conception et la fabrication de certains équipements anciens ne tiennent pas compte de la possibilité d’interférence.

Les néons constituent une cause bien connue de ce phénomène. S’ils sont correctement fabriqués et montés, ils ne produisent généralement pas d’interférence, à moins d’être situés à proximité des antennes du sans fil. Néanmoins, s’ils sont vieux, mal entretenus ou que leur matériau isolant est sale ou abîmé, ils risquent de produire de graves interférences. Les néons équipés de variateurs d’intensité présentent une difficulté spéciale. Les éclairages fluorescents défectueux, y compris ceux dont les tubes sont à changer, peuvent également entraîner une interférence importante. Les ampoules fluorescentes équipées de variateurs d’intensité et les variateurs eux-mêmes, de même que les lampes comportant des régulateurs électroniques causent fréquemment des problèmes.

Les moteurs électriques dotés de balais constituent également une source d’interférence. Cela concerne bien des appareils électroménagers : aspirateurs, robots culinaires ainsi que perceuses électriques et autres outils à vitesse variable. Les moteurs et contrôles d’éclairage, spécialement ceux des vieux théâtres, provoquent souvent une interférence électrique. Les relais usés ou défectueux, particulièrement les relais de démarrage de moteur et les contacteurs de haute puissance, provoquent quant à eux des interférences lors de l’allumage.

Outre les néons, d’autres types d’équipements de haute tension provoquent parfois des interférences. Cela comprend les téléviseurs anciens ou défectueux, les équipements de rayons X et certains types d’équipements industriels ou d’éclairage. Dans la plupart des cas, les arcs électriques mal isolés provoquent cette interférence. La formation d’étincelles peut s’avérer problématique dans les équipements de basse tension. Les mauvais contacts, les câbles déchirés, une mauvaise isolation et d’autres anomalies constituent non seulement une source d’interférence, mais aussi un réel danger.

Le brouillage électronique se décèle la plupart du temps facilement. Il se présente généralement sous la forme de bourdonnements à des fréquences proches de celle de la ligne d’alimentation, soit 60 Hz. La production d’étincelles provoque un bruit de friture caractéristique et facilement reconnaissable. Les changements de vitesse se traduisent par un ronflement typique dans les moteurs. On peut également détecter une interférence qui coïncide avec un changement d’éclairage, l’utilisation d’un équipement spécifique ou le scintillement d’une lampe. Il s’agit en réalité des moyens les plus rapides pour détecter les causes d’une défectuosité.

En cas d’interférence électrique, on doit toujours commencer par vérifier les sources les plus probables : les néons, les lampes fluorescentes qui papillotent ou baissent soudainement d’intensité, les contrôles d’éclairage et les moteurs à vitesse variable et les équipements de haute tension. Si cette vérification ne donne pas de résultat, on essaiera ensuite d’établir un lien entre cette interférence et un événement spécifique, tel le fonctionnement d’une machine (la climatisation par exemple), l’allumage de certaines lampes ou une activité particulière. Dans la mesure du possible, on essaiera d’éteindre l’équipement en question pour voir si l’interférence disparaît.

Il se peut également qu’une source extérieure soit à mettre en cause. Dans ce cas, on essaiera de détecter cette cause en observant le voisinage, pour voir si certaines activités (faisceaux de lumière ou bruits) survenant à des heures données coïncident avec l’interférence. Si le bruit provient apparemment d’une source interne, mais impossible à localiser, on demandera à un électricien de vérifier soigneusement toute l’installation du bâtiment.

Lorsque l’interférence provient d’un néon, d’une lampe fluorescente, d’un moteur bruyant, d’un arc électrique ou d’une cause similaire, il faut pratiquement toujours corriger le problème à la source. Dans certains cas, il suffit parfois de réparer ou de changer l’élément défectueux en cause, d’éloigner ce dernier des antennes du système sans fil, ou encore d’éteindre l’appareil lors du fonctionnement du système sans fil.

Si l’on ne parvient pas à détecter la source de l’interférence, mais que celle-ci reste faible, quelques précautions permettent d’en limiter les effets. En augmentant l’intensité du signal dans le récepteur sans fil, on parvient le plus souvent à l’éliminer. Il convient également de rapprocher le récepteur de l’émetteur ou de positionner les antennes à distance à proximité du récepteur. Ne placez pas l’émetteur à moins de 3 m environ (10 pi) des antennes réceptrices, car cela risque d’intensifier la fréquence d’intermodulation.

Il arrive que l’interférence pénètre dans le récepteur sans fil par l’intermédiaire des cordons d’alimentation CA. Les parasurtenseurs de qualité dotés de filtres RF efficaces parviennent parfois à bloquer l’interférence dans un tel cas. Il faut savoir que ces « parasurtenseurs » ne disposent que de peu ou pas de filtrage; seuls les modèles haut de gamme dotés de filtres contre le bruit et les fréquences radio auront des chances d’être efficaces. Une solution passablement sûre consiste à améliorer la mise à la masse, spécialement lorsque le tableau de distribution se trouve relativement loin. Les solutions complexes aux interférences sur les lignes de courant alternatif consistent à isoler les transformateurs, les circuits de conditionnement ou certains types d’unités à alimentation sans coupure (UPS).

L’interférence électrique est beaucoup plus rare de nos jours, en raison d’une meilleure conception des équipements. Lorsqu’elle survient, elle se doit le plus souvent à un équipement qui fonctionne mal. En raison des dangers d’incendie ou d’électrocution, ce type d’interférence mérite d’être étudié, même s’il ne présente pas un problème majeur pour les systèmes sans fil.

Interférence des canaux de télévision [8]
Ce phénomène dû aux signaux de télévision ressemble souvent à celui que produisent les appareils électriques. La radiodiffusion des images demande un signal élevé de 30 Hz en raison de la verticalité de l’image. Ce signal d’une fréquence de 30 Hz est riche en harmoniques et sonne comme bien des types d'interférence électrique [7], se produisant à 60 Hz (aux États-Unis et dans certains autres pays). Cela complique les choses, car l’interférence des chaînes de télévision découle normalement d’une intermodulation [5] ou d’un brouillage direct [4].

Elle se différencie habituellement de l’interférence électrique par les variations de qualité sonore du système audio lors des changements de plans à l’écran. Tout particulièrement lorsqu’on passe d’un plan éclairé à un plan sombre. On arrive souvent à trouver la chaîne responsable de l’interférence en l’écoutant attentivement lors d’un zapping.

Brouillage aléatoire [9]
Comme son nom l’indique, il résulte de phénomènes électriques aléatoires : la foudre, la production d’arcs électriques dus au choc de lignes de transmission, la production d’étincelles des dérivations de chemin de fer, la soudure à l’arc ou la machinerie lourde. Auparavant, le bruit des bougies de voiture constituait une source majeure de brouillage aléatoire, mais les systèmes d’allumage modernes ont pratiquement résolu le problème. Ce type d’interférence survient lors de l’émission d’une brève rafale de bruit, d’un éclair, de plosives, clics et crachements. On note généralement une perturbation radioélectrique sur une large bande de fréquences.

Ce type d’interférence se corrige rarement à la source. Les changements de fréquence ne résolvent rien en raison de la large bande de fréquence de l’interférence. Néanmoins, ce type d’interférence perd de l’intensité lorsque l’on augmente la fréquence, et les systèmes UHF y sont ainsi généralement moins exposés. La qualité du récepteur sans fil compte également, les modèles perfectionnés offrant une protection supérieure à la plupart des interférences électriques.

Pour amoindrir les effets du brouillage aléatoire, il convient d’adopter d’autres mesures. En augmentant l’intensité du signal dans le récepteur sans fil, on parvient le plus souvent à éliminer l’interférence externe. Il faut également rapprocher le récepteur de l’émetteur ou positionner les antennes à distance à proximité du récepteur. Ne placez pas l’émetteur à moins de 3 m environ (10 pi) des antennes réceptrices, cela risque en effet d’intensifier la fréquence d’intermodulation.

Dans certaines circonstances, le brouillage aléatoire entre dans le récepteur sans fil (ou tout autre composant du système) par l’intermédiaire des cordons d’alimentation. Cela occasionne des bruits de radiofréquences, des surtensions, des pointes ou des rafales de bruits. Les parasurtenseurs dotés de filtres RF efficaces éliminent bien les effets du brouillage aléatoire. De plus, ils protègent les appareils de la foudre ou des surtensions. Il faut savoir que ces « parasurtenseurs » ne disposent que de peu ou pas de filtrage; seuls les modèles haut de gamme dotés de filtres contre le bruit et les fréquences radio auront des chances d’être efficaces. Les solutions complexes aux interférences sur les lignes de courant alternatif consistent à isoler les transformateurs, les circuits de conditionnement ou certains types d’unités à alimentation sans coupure (UPS).