UHF au lieu de VHF

On croit souvent, à tort, que les systèmes sans fil UHF présentent des avantages incontestables sur les systèmes VHF. Les faits ne corroborent nullement une telle conception. Comme dans bien des questions techniques, on trouve des avantages et des inconvénients à la fois concernant l’UHF et le VHF. Par conséquent, dans un cas particulier l’UHF peut constituer le meilleur choix comme le pire.

Pour ce faire, on prendra en compte divers facteurs importants. Parmi eux, le lieu et le mode d’utilisation des systèmes et les fins considérées. Le coût doit toujours être pris en compte, puisqu’il entre souvent dans le choix final. D’autres facteurs présentent une certaine importance, tel le fait de devoir transporter l’équipement de ville en ville. Pour faire un choix judicieux, il faut considérer la situation dans son ensemble.

Et, en pratique, les systèmes UHF ne présentent pas une grande supériorité technique sur des systèmes VHF comparables. La réduction du brouillage, en raison d’un spectre de fréquence plus accessible, constitue le premier avantage d’un fonctionnement en UHF.

Ce brouillage, imputable aux sorties parasites des autres équipements en radiofréquence, est souvent moindre sur les UHF pour la simple raison qu’on retrouve moins d’émetteurs sur ces fréquences. Le brouillage provoqué par les équipements électriques, les appareils numériques, les ordinateurs et autres équipements électroniques se rencontre moins souvent sur les fréquences UHF. Car le bruit émis par ces sources s’amoindrit à mesure que la fréquence augmente. Les interférences de tout type ne voyagent pas sur une grande distance, à l’inverse des fréquences VHF.

Les systèmes UHF coûtent cependant plus cher que des systèmes similaires en VHF. Ce coût supplémentaire s’explique par l’utilisation de pièces plus coûteuses pour l’ultrahaute fréquence, le nombre élevé de pièces requises et les techniques d’assemblage complexes. Les autres coûts de fabrication sont également plus élevés, en particulier le temps nécessaire pour le réglage de l’équipement et la vérification de sa performance. Et même si la différence de coût entre les équipements UHF et VHF tend à se résorber, elle ne disparaîtra sans doute jamais.

Les piles des émetteurs VHF durent en général plus longtemps que celles des systèmes UHF, et ce type d’économie, relativement importante, devrait être pris en compte. Dans le cas des installations sans fil, les antennes, câbles, répartiteurs d’antenne radio-compas et préamplificateurs coûtent généralement moins cher et durent plus longtemps que ceux des systèmes VHF.

Comme on le voit, les critères de coût font pencher la balance en faveur des systèmes VHF, alors que les systèmes UHF ont le mérite de moins souffrir du brouillage. Néanmoins, on doit prendre en compte d’autres facteurs avant de faire un choix :

  • Qu’il s’agisse d’UHF ou de VHF, on recommande instamment un système en Diversity. Dans le cas des systèmes UHF, la Diversity s’avère un excellent choix en raison des chutes dues à la propagation par trajets à ce niveau de fréquence.

  • Si les équipements sans fil doivent fonctionner au centre d’une grande ville ou dans une zone industrielle, l’UHF constitue un meilleur choix en raison du brouillage possible avec les VHF. Malgré cela, il est tout à fait possible d’obtenir un résultat satisfaisant en VHF si l’on prend soin de bien sélectionner les fréquences et de s’éloigner des équipements industriels.

  • Si l’on se sert d’équipements sans fil dans plusieurs villes, les systèmes VHF fonctionnant sur la bande de fréquences spéciale 169 à 173 MHz représentent un bon rapport qualité-prix (aux É.-U. et au Canada). Néanmoins, ces fréquences, souvent appelées fréquences progressives, sont très demandées et ne conviennent pas en présence d’un grand nombre de systèmes sans fil, comme lors des foires commerciales ou des expositions. Dans de telles circonstances, on leur préférera les systèmes UHF à agilité de fréquence.

  • Les systèmes VHF à fréquences fixes (canal unique) sur les bandes de fréquence télévisuelles ne constituent pas un bon choix pour une utilisation itinérante. Car tous les canaux VHF et la plupart des chaînes de télévision UHF sont utilisés dans un endroit ou un autre, occasionnant souvent un encombrement de fréquences. Dans de telles circonstances, on leur préférera les systèmes UHF à agilité de fréquence.

  • Si on se sert d’équipement sans fil dans un contexte où nombre d’équipements de ce type risquent d’être présents, mieux vaut recourir à un système UHF. Ce dernier dispose de plus de fréquences ce qui a pour effet de réduire les risques de brouillage.

  • Ces systèmes constituent un bon choix lorsque de petites antennes assez discrètes s’imposent, par exemple lorsqu’un interprète doit porter un émetteur dissimulé. L’UHF s’avère préférable s’il faut augmenter la portée à l’aide d’antennes offrant un niveau élevé de performance.

En résumé, dans bien des situations, les systèmes VHF offrent un excellent rapport qualité-prix, supérieur à celui de systèmes UHF comparables. Néanmoins, dans certains contextes, et en particulier si le brouillage constitue un problème important, les systèmes UHF représentent un choix logique. On ne prétend pas couvrir ici l’ensemble de la question, puisque certaines complications ou d’autres facteurs entrent souvent en ligne de compte. Si vous hésitez encore dans la sélection de la meilleure option pour une application spécifique, veuillez rejoindre votre détaillant ou Audio-Technica pour obtenir de l’aide.